Innovation produit : indispensable mais pas suffisant

6 juin 2017

Quand on parle d’innovation, on pense immédiatement à la création d’un produit ou service inédit. Pourtant, elle se décline sous de nombreuses autres formes : intégration d’une technologie déjà existante dans un nouveau domaine, amélioration des procédés, changement dans la façon de piloter l’entreprise, dans les méthodes de management, etc.

Se cantonner à l’innovation produit ou service, c’est passer à côté de nombreuses sources d’innovation et de croissance !

Le produit, la star

Évidemment, dans le cadre d’un projet d’innovation collaborative, les catégories du type « innovation et/ou amélioration des produits/services » sont toujours plébiscitées. Elles représentent 19,3% du total des idées récoltées pendant nos iDay[1], ce qui fait de cette thématique la plus fournie en idées ! En effet, ce que l’on produit et ce que l’on vend est un des marqueurs les plus forts d’une entreprise, encore davantage en B2C. Il est donc normal que les collaborateurs se réunissent autour de ces sujets et aient envie de s’impliquer dans la conception de ce que l’entreprise proposent à ses clients.

 

Le concret a la côte

19,3%, c’est bien, mais c’est encore loin de 100%. Choisir de solliciter ses collaborateurs uniquement sur ce thème, c’est donc passer à côté d’environ 80% de leurs (bonnes) idées ! Celles-ci peuvent concerner des problématiques aussi variées que la qualité, la notoriété de l’entreprise, le développement des ventes, … Chacun est plus ou moins inspiré par les différentes thématiques, notamment en fonction de son métier. En effet, qui de plus à même qu’un ouvrier, un magasinier ou un chargé d’affaires pour proposer des idées et des solutions concrètes pour faciliter et améliorer son travail au quotidien ?

D’ailleurs, contrairement à ce qu’on pourrait penser de prime abord, les thématiques type « éliminer l’inutile », « simplifier l’organisation » ou encore « optimiser les coûts » sont toujours très bien perçues par les collaborateurs, avec 6,2 soutiens par idée en moyenne. Comme quoi, la volonté de faire des économies et de simplifier les process est présente et perçue comme quelque chose de positif à tous les niveaux de l’entreprise.

 

Diversifiez votre R.O.I.

Les quick wins[2], ces idées faciles à mettre en œuvre qui donneront des résultats rapides, se trouvent d’ailleurs en grande majorité dans les catégories visant à optimiser les coûts, simplifier les process, etc. Articuler son projet d’innovation collaborative uniquement autour de la recherche d’idées de produits ou service, c’est donc se priver de certaines pépites[3], mais surtout de presque tous les quick wins.

A contrario, en ouvrant d’autres thématiques, vous diversifiez votre ROI : des résultats consistants à court terme, et des possibilités plus ambitieuses à long terme.

Parce qu’il a en tête les enjeux clés de l’entreprise, c’est le dirigeant qui définit le cadre de la remontée d’idée en alignant les thématiques proposées sur les sujets qui comptent.

 

Pour en discuter

Le choix et la formulation des thématiques d’une remontée d’idées sont loin d’être évidents. En 25 iDay, Nexenture a acquis une véritable expertise sur le sujet. Pour être accompagné dans cette démarche et faire de votre projet d’innovation collaborative un succès, contactez-nous !

 

[1] La journée de l’innovation. Pour en savoir plus : www.iday.fr

[2] Idées faciles et rapides à mettre en œuvre

[3] Idées en or capables de développer véritablement le business de l’entreprise

*En 2 ans d’innovation participative, nous avons recueilli 56 621 idées dans 25 entreprises différentes, sur des sujets très variés. Nous avons reformulé ces sujets et les avons regroupés en une 10aine de thématiques pour plus de lisibilité et pouvoir faire une analyse plus globale des idées exprimées. Le graphique ci-dessus présente la répartition de ces 56 621 idées par thématique.